France Médecine Génomique 2025 : le rôle d'Imagine

Le Premier Ministre a annoncé le 17 juillet 2017 le lancement des deux premières plateformes de séquençage de génomes en France. Dans le cadre du plan France Médecine Génomique 2025, "ces deux plateformes devront pouvoir séquencer et interpréter l'équivalent de 18 000 génomes par an, franchissant ainsi une nouvelle étape vers une médecine personnalisée accessible par tous les Français". Deux projets ont été retenus pour la mise en œuvre de ce plan, dont, "le projet Seqoia porté par l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, l'Institut Curie, l'Institut Gustave-Roussy et l'Institut Imagine". 

Stanislas Lyonnet, directeur de l'Institut, salue cette décision et se réjouit de l'engagement d'Imagine avec ses trois membres fondateurs publics (l'AP-HP, l'Inserm et l'Université Paris Descartes) dans le projet Seqoia. "Comme l'a souligné le Premier Ministre, cette médecine est "porteuse de grands espoirs". Le plan France Médecine Génomique 2025 va directement contribuer à la compréhension, au diagnostic et au traitement de plus nombreuses maladies génétiques. Rappelons qu'il n'existe toujours aucun traitement curatif pour 98% d’entre elles. Pour répondre à cette problématique majeure de santé publique, la cohésion de la majorité des institutions publiques de la génomique en Île-de-France sera un atout essentiel. 

L’accélération de la médecine génomique par le partage de plateformes évolutives du plus haut niveau implique et impacte fortement Imagine. Que ce soit en termes de recherche notamment vers l’exploration et surtout l’interprétation de l’ADN non codant, en termes de déploiement bioinformatique et de gestion de données à haut à débit, mais aussi en termes médico-économiques.

En effet, notre souveraineté sanitaire en matière de médecine génomique passe par la maîtrise de la prescription et de l’interprétation des données de séquençage ciblé de nouvelle génération. Ce ne sont pas les données qui comptent mais l’information que l’on peut en tirer par l’indispensable confrontation clinico-biologique. Et c'est en restant fidèles à l'objectif d'améliorer le parcours de soins des patients atteints de maladies génétiques que nous pratiquerons la meilleure médecine d'aujourd'hui et inventerons la médecine personnalisée de demain".