Des programmes intégrés de recherche et de soin

La force d’Imagine, c’est de pouvoir rassembler équipes de recherche, centres de référence maladies rares et services cliniques autour des patients atteints de maladies génétiques pour leur offrir une meilleure prise en charge. Pour accélérer l’innovation au bénéfice des patients, Imagine a identifié des domaines prioritaires pour les années à venir.

Accélérer la recherche

Une boucle vertueuse pour accélérer la recherche et les soins

En regroupant au sein d’un même bâtiment des chercheurs, des médecins et des patients des consultations de l’Hôpital Necker- Enfants malades AP-HP, l’Institut Imagine rapproche tous ces acteurs et créé les conditions favorables pour aller encore plus loin et plus vite dans cette approche « en boucle » : l’observation clinique, l’analyse et la compréhension des causes et des mécanismes des maladies encouragent la découverte de nouveaux diagnostics, de nouveaux traitements et leur mise en œuvre.

Pionnier en Europe, Imagine est la seule structure au monde à proposer cette organisation « médecins- chercheurs-patients » de façon aussi intégrée, dédiée aux maladies génétiques.

L’un des autre atouts d’Imagine est de réunir des équipes de recherche, pour la plupart mixtes Inserm/Université de Paris, qui explorent toutes les facettes des maladies génétiques en s’appuyant sur des expertises et des compétences distinctes. Le but est de créer des synergies, partager les connaissances et mutualiser les équipements.

Les iCARPs : des accélérateurs de recherche et soin

Imagine réunit aujourd’hui 24 équipes de recherches, 4 laboratoires associés, 14 plateformes technologiques, 25 centres de référence maladies rares, et le soutien des services cliniques de l’Hôpital Necker-Enfants malades AP-HP. Imagine les a organisés autour de 6 domaines prioritaires, les iCARPs (pour Integrated Care and Research Program ou programmes intégrés de recherche et de soin).

iCARPs
Programmes de recherche et de soin © Bruno Boudon

Immunologie/infectiologie

Le système immunitaire protége l’organisme contre les attaques de bactéries, de virus ou de cellules du soi potentiellement dangereuses. Son déploiement complexe fait intervenir de nombreux acteurs cellulaires. En raison d’une erreur génétique, ce système peut être défaillant et être à l’origine d’un déficit immunitaire. L’enfant malade soufre d’infections répétées ou sévères pouvant endommager certains organes et même parfois mettre en jeu le pronostic vital. Un enfant sur 5 000 environ – soit quelques centaines de naissances chaque année – naît avec un déficit immunitaire et quelques milliers de personnes vivent avec une telle pathologie en France.

Certaines personnes sont porteuses d’une prédisposition infectieuse spécifique à un seul type de pathogène ou à une seule famille de micro-organismes. Des variations génétiques déterminent alors la prédisposition ou la résistance aux maladies infectieuses.

Nos engagements

  • Développer les cohortes,
  • Poursuivre la caractérisation génétique des maladies et découvrir de nouveaux outils diagnostiques,
  • Lancer des essais cliniques.

Hématologie

Suite à un défaut génétique dans une des nombreuses lignées cellulaires composant le sang, une maladie du sang ou hémopathie peut survenir. Suivant la cellule concernée – globules blancs, globules rouges, plaquettes -, ces maladies prennent des formes très diverses : anémies plus ou moins sévères, mastocytose (maladie rare liée à la prolifération de certains globules blancs), hémophilie….

Nos engagements

  • Développer la thérapie génique et cellulaire pour plusieurs syndromes hématologiques,
  • Etendre les possibilités de la thérapie génique, notamment pour le traitement des déficits en cellules T,
  • Développer la thérapie par Car-T cell

Néphrologie

Il existe plus de 150 maladies rénales dues à la présence d’une altération génétique. La plupart des patients vont évoluer vers une insuffisance rénale chronique, et à terme devront subir une greffe rénale. Essayer de retrouver l’origine génétique de leur maladie permet à la fois de proposer un diagnostic, mais d’essayer de comprendre les mécanismes conduisant d’une mutation sur un gène à l’apparition de l’expression clinique de la maladie (en l’occurrence le syndrome néphrotique génétique).

Nos engagements

  • Développer des outils diagnostiques et thérapeutiques en intégrant les données génomiques, transcriptomiques, épigénomiques, métaboliques, et les données cliniques grâce à l’intelligence artificielle, dans le cadre du projet Recherche Hospitalo-Universitaire (RHU) de l’ANR "Médecine du future pour les ciliopathies avec atteinte rénale » (C'IL-LICO),

Maladies neurologiques

Les maladies neurodéveloppementales regroupent de nombreuses catégories de maladies. Elles recouvrent les troubles neurologiques sévères, neurocognitifs, neuro-musculaires et neuro-sensoriels, et les maladies psychiatriques. Elles surviennent dès l’enfance avec une progression des déficits cognitifs et neurologiques, et concernent près de 3 % des enfants, mais comptent pour 10 % des dépenses de santé dans les pays occidentaux. Seules quelques-unes de ces maladies disposent d’un traitement spécifique.

Nos engagements

  • Explorer des données obtenues à partir des cohortes pour améliorer l’évaluation des patients, accélérer les études génétiques, alimenter les programmes de recherche, établir les liens entre génotype et phénotype, et identifier des groupes de patients homogènes en vue d’essais cliniques avec des thérapies adaptées,
  • Intégrer l’analyse globale de l’ADN (et notamment les parties non codantes) pour découvrir l’origine génétique dans les 45% des maladies neurodéveloppementales pour lesquelles elle est inconnue,
  • Lancer un essai clinique sur l’ataxie de Friedreich et dans les troubles du spectre autistique pour évaluer l’impact des excitations magnétiques crâniennes répétées sur les capacités sociales.

Développement et Cardiologie

Les malformations congénitales et les maladies du développement sont un problème majeur de santé publique, et touchent 2 à 3 % des naissances. Elles peuvent avoir une origine génétique, voire impliquer des mécanismes plus complexes. L’origine génétique est rarement connue et très peu de traitements sont disponibles.

Nos engagements

  • Identifier de nouveaux gènes impliqués dans les syndromes innés du développement,
  • Décrypter les mécanismes physiopathologiques associés aux anomalies congénitales dans plusieurs organes chez les enfants,
  • Développer l’imagerie 3D pour faciliter la chirurgie chez les enfants et les fœtus,
  • Recruter une nouvelle équipe de recherche spécialiste du développement, si possible avec une forte expérience clinique,
  • Mettre au point de nouveaux traitements pour les pathologies orphelines en ciblant sur les défauts physiopathologiques,
  • Développer la thérapie génique notamment pour certaines formes de l’épidermolyse bulleuse dystrophique en utilisant des greffes de peau autologues.

Construire la médecine de demain grâce à la science des données et aux décisions assistées par ordinateur

Ce programme nouvellement créé réunit les forces et les expertises nécessaires au déploiement de la médecine de demain. Grâce au développement d’outils bio-informatiques et d’intelligence artificielle, son objectif est de faire parler les données cliniques et biologiques, d’explorer des domaines encore méconnus comme les régions non-codantes de l’ADN, d’analyser les pathologies à l’échelle de la cellule unique pour mieux les comprendre et ainsi proposer une prise en charge sur mesure et évolutive au fil du temps.

Nos engagements :

  • Poursuivre le développement de l’entrepôt de données Dr Warehouse en lui ajoutant notamment les données « Omics », environnementales et sociologiques. 
  • Simplifier l’utilisation des bases de données pour accélérer les découvertes. Donner l’accès aux patients et à leur famille et développer des outils de E-santé
  • Développer de nouvelles méthodes d’analyse bio-informatique pour multiplier les potentialités de la recherche et du diagnostique.

A lire également