Edor Kabashi

Recherche translationnelle sur les maladies neurologiques

Publié le 18.11.2019

Présentation

Excitabilité neuronale : de la Sclérose latérale amyotrophique (SLA) à l'épilepsie

L'une des principales caractéristiques de la SLA est un défaut de l'excitabilité du cortex moteur, une marque clinique prédominante dans le diagnostic de ce trouble neurologique. L'épilepsie est également caractérisée par l'activation et l'excitabilité aberrantes des circuits neuronaux. Par conséquent, grâce à une approche reposant sur des technologies moléculaire et physiologique de pointe, notre équipe cherche à définir les mécanismes pathogènes communs qui conduisent à une altération de l’excitabilité dans des sous-ensembles spécifiques de neurones liés à ces troubles.

Le Dr Rima Nabbout, qui dirige le Centre de référence pour les épilepsies rares (CReER) à l'hôpital Necker-Enfants malades AP-HP, coordonne le projet de recherche sur l'épilepsie, en faisant le lien entre les aspects cliniques et fondamentaux pour une approche intégrative. Le CReER est internationalement reconnu pour la classification phénotypique des patients, l'analyse génétique de larges cohortes de patients menant à l'identification de nouveaux facteurs génétiques et, ces dernières années, pour avoir été le fer de lance dans plusieurs essais cliniques.

Approche translationnelle pour les troubles de l'excitabilité neuronale

Notre équipe participe à tous les aspects de la recherche translationnelle dans une approche intégrative, depuis une meilleure caractérisation des patients et des marqueurs génétiques, jusqu'à la modélisation et la recherche fondamentale pour identifier des cibles thérapeutiques appropriées, et enfin la mise au point d'essais cliniques pour tester de nouveaux traitements. Cette recherche est fortement centrée sur les patients, avec un phénotypage approfondi utilisant l'expertise multidisciplinaire en matière d'essais cliniques et les plateformes de pointe qui sont disponibles à l'institut Imagine sur le site de l'hôpital Necker-Enfants malades AP-HP (par exemple, le séquençage génomique, l'électrophysiologie, le dépistage métabolique, l'imagerie), tout en favorisant les collaborations avec un réseau de collaborations nationales et internationales.

Afin d'identifier de nouveaux interacteurs génétiques, des cohortes de patients atteints d'épilepsie et de SLA sont anlysées pour détecter les variants causant la maladie. Nous développons des modèles cellulaires et animaux pour ces nouvelles variants génétiques afin d'élucider la signature physiopathologique commune survenant dans la pathologie. En utilisant de nouveaux protocoles de dépistage non biaisés, nous visons à identifier les modificateurs pharmacologiques et génétiques des phénotypes pathologiques. Pour atteindre cet objectif, nous nous recourons au poisson-zèbre en tant que modèle vertébré pouvant être soumis à des criblages reposant sur le phénotype. Les facteurs qui sont neuroprotecteurs dans de multiples modèles animaux et cellulaires de la maladie seront rapidement déployés en essais cliniques. Grâce à cette approche, nous voulons être à la pointe de la recherche translationnelle sur les troubles neurologiques afin de faire progresser le traitement thérapeutique d'une série de ces maladies neurologiques courantes.

Cellules du colon

La recherche : une aventure scientifique

Notre objectif : mieux comprendre les maladies génétiques pour mieux les soigner.