Portrait - Marc Chevalier, Responsable Bioentrepreneuriat

Deux fils rouges ont guidé la carrière de Marc Chevalier depuis sa thèse en neurosciences : le développement d’entreprise et le soutien des porteurs de projets, et l’accompagnement professionnel des étudiants et jeunes chercheurs. Ce passionné d’innovation et d’entrepreneuriat, homme de réseau, ancré à la fois dans l’associatif et dans l’entreprise, a rejoint l’Institut Imagine, labellisé Carnot, en mars 2021 en tant que Responsable Bioentrepreneuriat au sein du Département Innovation et Valorisation. Ses objectifs : sensibiliser les chercheurs à la création de start-ups et les soutenir dans leurs projets.

Publié le 06.05.2021

Innovation

Votre carrière a toujours été dédiée à l’accompagnement, que ce soit des étudiants ou des entrepreneurs ?

Tout au long de mon parcours, j’ai évolué dans le monde académique comme dans celui de l’entreprise. En résumé, je suis engagé depuis plus de vingt ans dans l’accompagnement professionnel des étudiants et dans celui de porteurs de projets de création et développement d’entreprise.

Alors que je préparais ma thèse à Bordeaux, j’ai tout de suite participé à des activités associatives liées au futur professionnel des jeunes chercheurs. Cet engagement associatif a marqué un tournant dans ma carrière, qui a alors été guidée par l’objectif de faciliter les relations entre les entreprises et les étudiants. J’ai créé une association interdisciplinaire de doctorants régionale, des opérations de parrainage d’étudiants par des entreprises, un réseau national universitaire pour les carrières des docteurs intégré au réseau national des collèges doctoraux. A l’Institut Pasteur, j’étais en charge, au sein du service d’accompagnement des étudiants et des carrières, d’accueillir les étudiants et post-doctorants et les aider à développer leur carrière.

En parallèle, j’ai beaucoup œuvré dans le secteur de l’entrepreneuriat et du soutien aux porteurs de projets, que ce soit via la création d’une société de services ou des missions de développement économique. A Pasteur, j’ai mis en place des passerelles avec les entreprises et contribué à la structuration du process de création d’entreprise et des premières étapes d’accompagnement des équipes portant des projets de création de start-ups.

Comment accompagnez-vous les équipes qui ont un projet de développement d’entreprise à Imagine ?

 

Les enjeux principaux selon moi sont d’abord de sensibiliser les équipes de recherche à l’entrepreneuriat. Et en même temps, de densifier les projets de start-up et travailler sur l’ancrage d’Imagine dans l’écosystème d’innovation et des start-ups, national et international, auprès des incubateurs, accélérateurs, investisseurs et de tous les acteurs de l’innovation.  

Marc Chevalier , Responsable Bioentrepreneuriat de l'Institut Imagine

Le développement de l’entrepreneuriat à Imagine passe entre autres par deux programmes.

Le Bioentrepreneurs Launchpad est un programme de formation, aujourd’hui ouvert aux étudiants X-HEC et Université de Paris et à des auditeurs libres. Durant trois mois, ils travaillent à temps plein sur un projet d’innovation au plus près des équipes scientifiques. Ils interagissent avec l’écosystème via des conférences et séances de coaching. Six mois plus tard, lors du Demoday, ils présentent l’évolution de leur parcours et de leur projet. Ce programme va être développé et l’accompagnement des porteurs de projet va être densifié, de la naissance à la création du projet.

Le Springboard est l’accélérateur financier et d’expertise créé par Imagine dédié aux maladies rares. Les équipes ayant un projet de création de start-up ou conduisant des recherches susceptibles d’être valorisées à terme par la création de start-up, sont libres de postuler. Nous les aidons à structurer leur projet, puis un comité scientifique et d’investissement évalue leur candidature. L’accompagnement proposé concerne les étapes en amont de la création de start-up dans le but de dé-risquer le projet, rassurer les investisseurs et y augmenter la part d’innovation, sur tous les aspects de structuration du projet (marché, financement, réglementation…). 

Etes-vous toujours engagé dans l’accompagnement professionnel des jeunes chercheurs ?

Même si cela n’est plus mon cœur de mission à Imagine, je suis toujours concerné par l’évolution professionnelle des docteurs et jeunes chercheurs. J’interviens encore comme mentor pour des jeunes, et met en place quelques initiatives à titre plus personnel.

J’interviens par exemple au sein d’un groupe de doctorants qui travaille sur le développement de contenus d’information relatifs au transfert de technologie, à la création d’entreprise et à l’évolution professionnelle dans les écosystèmes d’innovation.