Vincent Cantagrel

Génétique des troubles du neurodéveloppement

Publié le 18.11.2019

Présentation

Les troubles neurodéveloppementaux (TND) englobent un groupe très hétérogène de maladies caractérisées par des défauts cognitifs, de la communication, du comportement ou du fonctionnement moteur résultant d’un développement cérébral atypique. Ce groupe de maladies comprend la déficience intellectuelle (DI), les troubles du spectre de l’autisme (TSA), les déficits de l'attention avec hyperactivité, des troubles de l'apprentissage spécifiques et certains troubles moteurs. Les TND s'étendent également à des maladies telles que la schizophrénie et l'épilepsie. Des études épidémiologiques montrent que la cooccurrence de plusieurs de ces pathologies neurologiques est la règle. Par exemple, jusqu'à 70% des personnes atteintes de TSA présentent une DI. Ce chevauchement phénotypique se reflète également au niveau génétique. Par exemple, les variations de nombre de copie génomiques (CNV) ou les gènes (par exemple la délétion 16p11.2, SHANK3, SCN2A) liés aux TSA se trouvent également dans la DI, l'épilepsie ou la schizophrénie. Ensemble, ces observations soutiennent l'existence de mécanismes physiopathologiques communs pour les TND qui doivent être considérés comme un continuum de dysfonctionnement cérébral développemental.

Les anomalies du développement du cervelet sont reconnues comme étant responsables de déficits neuropsychologiques spécifiques et l'ataxie congénitale se présente souvent comme un retard développemental avec un déficit cognitif. Cependant l’implication du cervelet dans ces fonctions cognitives reste un champ d’investigation peu exploré.

Malgré les progrès récents, un grand nombre de cas restent inexpliqués. Avec une prévalence combinée pouvant atteindre 3% de la population, les TND représentent 10% du coût total des soins de santé dans la plupart des pays occidentaux. Comprendre les bases biologiques de ces maladies est donc un enjeu médical et socio-économique majeur.

Au cours de la dernière décennie et en utilisant des technologies génétiques et génomiques de pointe, notre groupe a caractérisé de nombreuses anomalies chromosomiques et mutations pathogènes responsables de TND. Pour évaluer l'impact fonctionnel des variants ponctuels ou structuraux nouvellement identifiées, nous utilisons plusieurs approches complémentaires basées sur des modèles tels que les cellules souches neurales humaines induites, les souris et le poisson zèbre.

 

Nos projets et objectifs de recherche au cours des dernières années sont résumés ci-dessous :

 

  • - Caractérisation de l'architecture génétique de TND
  • - Identifier les causes moléculaires des troubles cérébelleux congénitaux avec anomalies cognitives
  • - Mécanismes physiopathologiques impliqués dans les symptômes neurologiques causés par un défaut de N-glycosylation des protéines
  • - Implication des anomalies du programme précoce de mise en place du rhombencéphale dans les TND
  • - Recherche translationelle

 

Composition de l'équipe:

Chercheurs et Cliniciens

Valérie Malan (MCU-PH)          

Anne Philippe (CRCN)              

Giulia Barcia (PH)                           

Marlène Rio (PH)                             

Karthyayani Rajamani (Postdoc)    

Lydie Burglen (PH)

Marion Coolen (CRCN)                         

Vincent Cantagrel (CRCN)     

   

Doctorants et étudiants en master

Ekin Uçüncü (PhD)                            

Emma Debarnot (M1)                       

Romain Nicolle (M2)                           

Lotte Philippen (M2)                          

Francesca Picco (M2)

 

Ingénieurs et assistants ingénieurs

Karine Siquier-Pernet  (AI)

Cellules du colon

La recherche : une aventure scientifique

Notre objectif : mieux comprendre les maladies génétiques pour mieux les soigner.